dimanche 27 avril 2014

De la toison du mouton à la création de poupées Waldorf


J'ai voulu parcourir le chemin de la laine de A à Z . 
Nous voilà donc partis (mon mari et moi-même) en balade dans la plaine de la Crau à la rencontre d'une bergère et de son troupeau de Mérinos.
Un mas perdu au milieu de nulle part, des bêlements, des tondeurs aux chaussures de feutre, des habitants du coin qui viennent voir le spectacle et la bergère perchée sur un camion qui déplace des ballots de paille comme s'il s'agissait de simples fétus.
Après avoir assistés à la tonte, nous sommes rentrés le coffre rempli de toisons odorantes et encore tièdes !

J'ai commencé par laver les toisons plusieurs fois afin de les débarrasser du suint tenace qui les recouvrait et de toutes les traces de la vie des moutons qui ne m'ont rien épargné !

L'opération de lavage fut longue et difficile, sans compter les branches par ci, les épines par là, la toison est comme un livre ouvert qui raconte la vie de l'animal depuis sa dernière tonte.

Après le lavage vient le séchage à l'air libre, seul moment où l'on attend tranquillement sans rien faire, avant d'attaquer : Le cardage...


Munies de cardes à mains et remplie de bonne volonté je me suis attelée à la tâche qui consiste à démêler et aérer les fibres de laine et je peux vous dire que je me suis fait les muscles des bras !

Inutile de m'inscrire dans une salle de sport, le cardage vaut tous les appareils de musculation et quelques heures plus tard les bras endoloris j'ai vu peu à peu la toison se transformer en une laine belle et douce, parfaite pour rembourrer mes poupées .

Voilà ! Je peux dire que maintenant la laine n'a plus de secret pour moi et que je ne regarde plus les moutons de la même façon.

Je connais toute la somme de travail qu'il y a avant d'arriver au résultat final !Il est long le chemin de la transformation de la matière brute jusqu'à la laine prête à être utilisée, soit pour le rembourrage, soit pour le filage, soit encore pour le feutre.

Je suis satisfaite de maîtriser mon sujet d'un bout à l'autre et de pouvoir ainsi mieux raconter comment je m'y prends pour créer mes Demoiselles de A jusqu'à Z !



1 commentaire:

  1. Chantal LAUFERON15 mai 2014 à 22:03

    Bravo Murielle pour ce "jusqu'auboutisme" dans la maîtrise de ta matière! c'est promis, dorénavant je ne regarderai plus mes pulls en laine de la même manière, même si je sais bien que la machine est passée par là, alors que toi ... tes poupées et doudous en ont que plus d'authenticité et de charme !

    RépondreSupprimer

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !